La pratique de Tchenrézi

Une divinité de méditation exprime les qualités de l’esprit éveillé présent en chacun de nous.  Tchenrézi représente la compassion universelle, OM MANI PÉMÉ HOUNG est le mantra qui lui est associé.

Méditer sur Tchenrézi fait mûrir en nous la compassion et une telle pratique permet aussi de nous familiariser avec les tantras bouddhiques. Il est important, afin de pouvoir en saisir le sens profond, d’avoir reçu un enseignement par un lama. Ces enseignements sont donnés un peu partout dans les centres de la lignée. C’est pour cette raison que cette pratique proposée à Dhagpo Brest n’est ouverte qu’aux personnes ayant reçues cet enseignement. Horaires des pratiques ici

Qui est Tchenrézi ?
imageTchenrézi (Avalokiteshvara en sanscrit) personnification de l’amour et de la compassion infinis de tous les Bouddhas, qui oeuvre sans cesse au bienfait de tous les êtres sans exception.
Ses quatres bras symbolisent les quatres pensées infinies
(amour infini, compassion infinie, joie infinie et équanimité infinie).
Son célèbre mantra en six syllabes :

OM MA NI PAD MÉ HOUNG

exprime sous forme de sons, toute la connaissance et la compassion des Bouddhas. Ce mantra est considéré comme le roi des mantras car chacune des syllabes du mantra possède à elle seule un potentiel de bénédiction incommensurable, décrit dans de nombreux soûtras et tantras. Sa récitation régulière permet de faire naitre en nous l’amour et la bienveillance envers les êtres sensibles, de parfaire les six paramitas et de fermer la porte des renaissances inférieures (enfers, esprits avides et animaux).

Voici ce que le Bouddha Shakyamouni a dit au sujet des bienfaits du mantra de Tchenrézi communément appelé le mani :

« Je peux dire combien de gouttes de pluie tombent sur la terre en l’espace de 12 ans, mais je ne saurais décrire dans sa totalité le mérite engendré par la récitation d’un seul mani ».

Publicités